17/06/2008

Une constitution pratique

Le mardi 17 juin 2008 à 11:15, par attila Author Profile Page

" Et comme elle ne peut avoir lieu par la réforme des textes, à la française, sans doute faut (-il)désormais tenter de la faire pragmatiquement, en changeant les habitudes, à l’anglaise : changer le contenu en changeant les pratiques, sans changer le droit." Et voilà cette perfide Albion qui nous sortira de nos embarras. Qui l'aurait cru ?

Le mardi 17 juin 2008 à 14:40, par attila Author Profile Page

Les jeux seraient donc faits et les dés pipés. Tony Blair sera, au moins a toute les chances d'être le premier président de l'UE, avec l'aval de son ami Nicolas Sarkozy. Et l'Europe aura montré quelle est incapable d'innover et surtout de donner la chance à ceux de ses citoyens qui ont des capacités à revendre, puisque les élections, les promotions se font toujours entre les gens de la 1ère Europe avec la complicité de la 2ème et au détriment de la 3ème.
A quand un Barack Obama européen? L'Amérique a toujours l'art de sortir de ses échecs avec des sauts de géants dans l'avenir. Pas (encore) l'Europe.

 

Le samedi 21 juin 2008 à 09:58, par attila Author Profile Page

J'avais déjà dit que le paroxysme de la démocratie était l'anarchie. Alors, le comble en serait-il la loi d'un sur celle du reste ? C'est bien ce que la ratification albyonne du TCE est occupée à nous démontrer: en effet, il a suffi qu'un seul citoyen anglais conteste cette ratification, pourtant bien démocratique puisque votée par les élus du peuple, pour qu'elle soit suspendue avec le risque d'être annulée si la justice en décide ainsi. L'espoir que cela ne se passe pas ainsi est réel, n'empêche que ce genre de risque aurait pu être évité. Churchill en avalerait son cigare (et son whisky) pour donner une autre définition de la démocratie.
A noter que le TCE donne la possibilité à un million de citoyens de contester une décision politique de l'UE. Cela fait un citoyen sur 500. Tandis que pour les anglais, cela fait un citoyen sur 55 millions. Il y a une différence d'échelle de plus de 100.000.

Le samedi 21 juin 2008 à 10:54, par attila Author Profile Page

@juan2008:
"Raymond - Estelle" cela me fait penser à une chanson de Soeur Sourire, qui a battu les Beatles :
Domenech ... nique ... nique

Le samedi 21 juin 2008 à 10:44, par attila Author Profile Page

"Rirss amusés..." lol ou mdr ? Oh pardon! ceci n'est pas un site de chat.

Le samedi 21 juin 2008 à 10:26, par JeanmarcR Author Profile Page

Attila, la manière dont vous pratiquez la Logique et les Statistiques dans l'argumentation est digne des chevauchées d'Attila : tout en finesse et subtilité... Rirss amusés...

Le dimanche 22 juin 2008 à 17:47, par attila Author Profile Page

"La monarchie dégénère ordinairement dans le despotisme d'un seul ; l'aristocratie dans le despotisme de plusieurs ; la démocratie dans le despotisme du peuple". Montesquieu

Le mardi 24 juin 2008 à 14:40, par attila Author Profile Page

"Quand les sauvages de la Louisiane veulent avoir un fruit, ils coupent l'arbre au pied et cueillent le fruit. Voilà le gouvernement despotique." Montesquieu dans l'esprit des lois.
N'est-ce pas ce que viennent de faire les irlandais ?

Le mercredi 25 juin 2008 à 09:53, par attila Author Profile Page

"Bah ..." ou béé! ? Comme le disait le Général, les français sont des moutons. Pour me réjouir du oui forcé des français, que les irlandais et les autres devraient vite imiter, j'ai envie d'user d'une métaphore (comme aime le faire notre hôte) chrétienne: Jésus, le berger à la recherche de la brebis égarée.
http://www.lesoir.be/forum/le_kroll/le-25-juin-2008-06-25...

Brebis égarée: alors l'Irlande, brebis de Luc ou de Matthieu ?

http://pagesperso-orange.fr/j.leveque-ocd/matthieu/nonaginta.htm

Le mercredi 25 juin 2008 à 13:15, par attila Author Profile Page

juan: à Addis, on entend, la nuit, les rugissements des lions (de Juda). Quant à vous, je vous conseille un petit stage cet été dans le Limousin pour bien vous imprégner des bruits des moutons et des veaux, car ces derniers mugissent: Meuh!, vous entendez?

Le mercredi 25 juin 2008 à 15:13, par attila Author Profile Page

A trop écouter le peuple, la démocratie s'auto-détruit:
http://www.lefigaro.fr/debats/2008/06/24/01005-20080624AR...
Il faut aider la démocratie par des garde-fous, lui donner des béquilles pour l'aider à marcher droit, càd la surveiller par un état légitime (élu), sans faille et surtout avec autorité. Sinon, ce sont les grèves sauvages, le chaos, etc. La Belgique est en train de vivre ce cauchemar depuis plus d'un an, dans le silence total, parce que des politiques ont promis n'importe quoi pour être élus et puis s'étonne que le premier ministre n'a encore rien proposé pour sortir de la m... dans laquelle il a mis le pays.

Hier matin, j'ai assisté à une cérémonie de remise de prix à l'école primaire d'une de mes petites filles. Tout de suite, j'ai été impressionné par l'atmosphère d'ordre et de discipline  qui règne dans l'établissement et qui "saute aux yeux" quand j'ai vu la directrice qui montait sur l'estrade pour s'adresser à l'assistance. Un regard , en même temps attendrissant et autoritaire, sur les premières rangées où étaient entassés les plus jeunes élèves et d'où émanait un bruit assourdissant, digne d'une volière,  insupportable pour les oreilles délicates des grands parents que nous sommes, et c'était le silence presque absolu! Puis ce même regard, toujours attendrissant mais un peu moins autoritaire se dirigea vers le reste de la salle qui s'est tue à son tour. Alors, d'un signe presque invisible de la directrice, toute la salle s'est levée comme un seul homme.  L'hôte des lieux a adressé sa première phrase à la salle: "Même si ce n'est plus à la mode, nous allons écouter l'hymne national". A peine la Brabançonne (ignorée par le premier ministre, faut-il le rappeler?) terminée, j'étais parmi les premiers qui se baissais pour m'asseoir quand, d'une voix haute et ferme, et peut-être en me regardant sans que je puisse m'en rendre compte, la directrice en tenue impeccable (pantalon et blouse), tenant fermemant son micro, dit: "Maintenant, nous allons écouter l'hymne européen".  Alors, je me redresse d'un bond et me mets à applaudir fort jusqu'à ce que je me rende compte que j'étais le seul, ce qui n'a fait que m'encourager un peu plus jusqu'à ce qu'il y ait quelques autres qui se mirent aussi à applaudir.  Mais la cerise sur le gâteau m'a touché au coeur car, à la fin de l'Hymne à la Joie, le volume des applaudissements avait décuplé. J'avais les larmes aux yeux: je me suis dit, après une semaine de joute sur ce site pour faire passer un message simple, l'abscence du bon sens européen suite à l'ingratitude irlandaise, l'Europe exsitait malgré tout et se tenait debout. Alors j'en ai voulu à tous ces nouveaux membres de l'UE qui ne veulent pas entendre parler d'hymne, ni même de drapeau européen.  Cela devrait constituer une offense grave à l'identité européenne, digne d'exclusion.

 

 

 

 

 

 

11:18 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.