29/02/2008

Vivre ou survivre ?

Voilà une question interpellante qui mérite la refléxion de chacun:

 1. Suite à mon intervention spontanée en forme de cri du coeur dans le sujet précédent "nourrir le monde", la Président de "La Grâce des Femmes" m'a envoyé un email personnel que je ne me permettrai pas de publier ici mais dont voici ma réponse qui est en rapport avec le sujet ci-dessus:

Madame,
 
Vivre dans la peur, ce n'est pas vivre, c'est survivre. Je souhaite à vous et à tous les Africains de vivre et pas seulement de survivre. La tâche des responsables d'Etats et de l'ONU, en majorité masculins, est d'assurer pas seulement la survie mais la vie normale à tous les habitants de la terre, les plus faibles en premier lieu. En tant que citoyen d'un pays démocratique, je me sens le patron de ces dirigeants que j'ai élus et de pouvoir les critiquer librement quand ils ne font pas leur devoir.
 
Tout en comprenant votre attitude de prudence, je déplore la situation dans laquelle se trouve la population de votre région. Il n'est évidemment pas dans mon intention de vous mettre "les grandes institutions du monde" sur votre dos. Mes avis ne concernant que moi-même, je ne vois pas comment cela devrait vous concerner.
"Si tu abandonnes un peu de ta liberté en espérant avoir plus de sécurité, tu n'auras ni la liberté ni la sécurité" Thomas Jefferson (de mémoire)
 
Je vous souhaite tout le courage du monde pour en sortir de vos problèmes.
 
Cordialement,
2. "Misha Defonseca a vécu en trompe-l'oeil" titre ce matin en tête de sa première page le quotidien Le Soir. Il s'agît de l'auteur de "Survivre avec les loups" livre best-seller dont le film interprété par Laetitia Casta jouit d'un grand succès en ce moment. Il s'avère que cette histoire, d'après une enquête menée par Le Soir, est entièrement inventée, comme a dû l'admettre l'auteur dont le vrai nom est Monique De Wael. 
 
La phrase en rapport avec notre sujet est:
"Leur seul espoir est de survivre sur leur magot en tant que narcotrafiquants".
4. Marie-Claire Houard, cela vous dit qq chose ? C'est la dame qui a organisé la pétition pour l'unité de la Belgique qui a eu un grand succès de foule le 18 novembre 2007 (35.000 participants). Or les journaux de Sud Presse viennent de révéler que cette dame a volé environ 5.000 Euros il y a huit ans alors qu'elle travaillait à la Poste belge. Elle a perdu son travail, son mari l'a quitté avec des enfants. Elle était donc en situation désespérée et elle a fait tout pour survivre et sauver ses enfants. Maintenant elle a un nouveau job et un nouveau mari et commence à avoir une certaine notoriété avec cette pétition.
 
 Pour ma part, je retiens comme leçon la phrase suivante, extraite du même quotidien Le Soir et dont l'auteur est Béatrice Delvaux, rédactrice en chef:
"Sil n'est pas interdit de croire aux contes de fées, l'esprit critique du lecteur, du spectateur, de l'électeur, bref du citoyen est une faculté indissociable de la capacité d'enthousiasme".
La question me reste tout de même derrière la gorge:  est-ce que les faibles, dont la majorité sont les femmes, les enfants, les vieux, sont condamnés à survivre sans jamais avoir le droit de vivre ?

 

10:05 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour,
merci pour cette belle réflexion.

Leila

Écrit par : faire-part de naissance | 24/11/2011

Les commentaires sont fermés.