23/01/2007

La mort d'un juste

L'abbé Pierre était un rebelle et a passé sa vie en combattant:1. Contre la religion catholique (le Vatican): d'abord, Emmaüs est une entreprise laïque où, même s'il s'y trouvent des croyants, le rôle des non-croyants est prédominant. Puis, il préconise le mariage des prêtres, l'usage du préservatif contre le sida, etc. La cerise sur le gâteau, il a même avoué qu'il a rompu son serment de chasteté en goûtant au plaisir du sex. Malgré tous ces pied-de-nez, l'église n'a pas (osé?) réagir.2. Contre les politiciens: pour leur manque d'humanisme, leur égoïsme, leurs promesses non tenues. Il n'a pas hésité à jouer le Don Quichotte en occupant des immeubles vides en s'en foutant des lois car, pour lui, la seule loi est celle qui défend le droit à la vie et à la dignité.Et dire que l'église va (peut être, ce n'est pas sûr encore) le récupérer en le cannonisant un jour? Cela, il l'a dit clairement, il ne le veut pas.Quant à la politique, elle se dispute déjà ses dépouilles. Si celle-ci faisait correctement ce pour quoi le peuple l'a élue, probablement l'abbé Pierre avec sa frêle silhouette nous aurait été un illustre inconnu.Il faudra bien regarder ce vendredi qui sera présent à ses funérailles et pour quelle motivation, avouée ou cachée.Comme épithaphe, il a dit qu'il voulait que l'on mette sur sa tombe: "Il a essayé d'aimer" Quelle leçon?Postée par attila le 23 janvier 2007 à 11:13

12:28 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.