27/12/2006

2007, vu par les anglo-saxons

"Plus étonnant est leur insistance sur les menaces qui pèseront sur les dirigeants d’entreprises, aux rémunérations parfois obscènes, proportionnelles parfois à leurs efforts de fusion, de licenciements et de délocalisation. Tout semble en effet annoncer que le capitalisme sera bientôt si sur de lui, si maitre du monde, sans contre pouvoir, qu’il déclenchera une véritable opposition globale contre ceux qui le dirigent. Aujourd’hui, ces maitres du marché se masquent encore très largement derrière les pouvoirs politiques, dont ils sont pourtant de plus en plus les véritables chefs. Demain, ils pourraient être les boucs émissaires d’une mondialisation dont les bénéfices sont de plus en plus mal répartis." Cela m'étonne que vous n'ayez pas prévu ce scénario dans votre livre "Une brève histoire de l'avenir", à moins que cela ne fasse partie du "superconflit". Un livre sur le futur est dépassé dès qu'il sort de l'imprimerie. La prospective serait mieux traitée de façon collective, du genre de ce qui se fait sur www.wethinkthebook.net car dans ce domaine, l'imprévu (surtout celui dû à la nature: climat, tsunami, volcans, météorite, invasion de virus, insectes, etc)dépasse toute prévision humaine.Que nous réserve le satellite Corot qui part ce jour à la recherche d'éxoplanètes peut être similaires à la nôtre ?Vous faites bien d'amasser de l'argent pendant votre vie : on ne sait ce qui arrivera après la mort. [Montesquieu] [+] A quoi bon de mourir riche ? Est-ce mieux de mourir pauvre, sans laisser une ardoise à ses héritiers tout de même ? N'est-ce pas LA QUESTION des hyper-riches tels que Bill Gates et co. ? Qu'en pensez-vous, Monsieur Attali ?

11:06 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.