12/12/2006

Demain, Oslo

18. Le mardi 12 décembre 2006 à 10:18, par attila "Henry Kissinger, l’acteur du pouvoir américain, du Chili au Vietnam et l’analyste lucide des rapports de force entre les nations, encore aujourd’hui doté d’une formidable capacité d’analyse, d’une fringale de comprendre, d’une obsession d’influer": oui, mais ... Vous êtes bien placé pour le savoir: Kissinger était le corps dont Pinochet était le bras qui a tué Allende et 3.000 chiliens et blessé 28.000 autres innocents. Le bras vient de tomber sans avoir dû rendre des comptes à personnes. Vous le savez aussi, Kissinger est parmi les personnes recherchées par la justice française en rapport aux crimes du régime dictatorial de Pinochet. Il sera arrêté s'il touche le sol français, ce qu'il évitera de faire sans doute. Bien sûr ces actes se sont déroulés pendant que la guerre froide était à son paroxisme et 3.000 morts peut sembler peu par rapport aux dizaines de milliers de GIs et 3 millions de viétnamiens victimes de la plus grande guerre directe entre le capitalisme et le communisme. Bien sûr c'est trop facile de juger les actes de guerre bien assis dans son fauteil. Mais il m'est difficile d'imaginer comment un conseiller du prince socialiste le plus en vue à l'époque qui a eu le mérite de mettre sur pied l'alliance de la gauche en France en tout point semblable à celle réussie par Salvator Allende en Chili, peut rester "intime" de celui qui a éliminé cette dernière alliance soeur démocratiquement élue. Henry Kissinger et Margaret Tatcher seront-ils présents aux funérailles de Pinochet ? Suite:Le prix Nobel de la Paix 1973 a été atribué à Henry Kissinger et Le Duc Tho (Vietnam). En 1975, ce prix est accordé au russe A. Sakharov. En 1983, c'est Lech Walesa qui a décroché ce prix. Ceci pour dire que le comité de sélection du prix Nobel de la Paix était attentif aux personnes qui contribuaient à atténuer les tentions entre les deux super puissances, u.s.a. et u.r.s.s.Avec un an de décalage par rapport à la dictature de Pinochet, marionette du capitalisme, une autre marionette du communisme Mengistu a mis fin à la monarchie et au régime pro-capitaliste en Ethiopie de 1974 à 1991, avec 100.000 victimes innocentes. Mengistu et 73 proches collaborateurs viennent d'être condamnés à la peine capitale par un tribunal à Addis Abeba, après 12 ans de procés. La question se pose quant à l'éxécution de cette peine, Mengistu Haile Mariam étant le protégé de l'autre dictateur sanguinaire Mugabé au Zimbabwé. http://www.fingaz.co.zw/story.aspx?stid=2123Il est désolant de constater qu'aucun des crimes atroces commis pendant la période de guerre froide (de 1946 à 1989) n'aura abouti à une rapide condamnation par la justice humaine ni à un vrai chatiment des coupables. Il faudrait ajouter à la liste ci-dessus les crimes de Pol Pot (mort dans son lit), ceux des Khmer Rouges, ceux de Suharto en Indonésie, etc...

10:22 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.